Michel Auder, Andy Flash, 1969

Photographie tirée du film de l'artiste Cheldea Girl, 1969Tirage argentique numéroté 1/5
© Michel Auder // Courtesy Galerie Mathias Coullaud

Michel Auder, Cindy Sherman

Photographie argentique numérotée 2/542 x 62,5 cm
© Michel Auder // Courtesy Galerie Mathias Coullaud

Michel Auder, Viva Andy, 1969

Photographie tirée du film Chelsea Girl, 1969Tirage argentique numéroté 1/538,5 x 54,
© Michel Auder // Courtesy Galerie Mathias Coullaud

Michel AUDER

Michel AUDER

Biographie

Depuis 1969, Michel Auder compile un journal vidéo permanente qui est une chronique fidèle de sa vie et de la scène artistique du centre-ville de New York. Filmant ses amis, sa famille et un « casting » d'artistes, d'écrivains ainsi que des sommités new-yorkaises, de Viva et Andy Warhol à Cindy Sherman, il filme tout un milieu culturel. Transcendant le style documentaire, les vidéos du journal intime de Michel Auder font écho à la poésie idiosyncratique.

Michel Auder commence à faire des films au début des années 1960. En 1968, la réalisation devient son support principal, via son association le groupe Zanzibar, composée d'une myriade de réalisateurs de films indépendants radicaux de Paris. Michel Auder a tout d'abord investi dans une caméra en 1969. Depuis lors, son travail n'a cessé de traverser une variété de styles et de genres : des fictions aux collages d'appropriation, des carnets de voyage aux exercices de voyeurisme consentis, en passant par les portraits vidéos. Au fil des années, il a enregistré inlassablement des milliers d'heures de vidéo. Cette accumulation offre une perspective infinie du reportage, effaçant ostensiblement la distinction entre l'expérience, la mémoire et la représentation. En découle un intérêt accru pour les technologies de la représentation qui donnent à voir les histoires individuelles et sociales. Les archives des enregistrements qu'il a accumulés, et qu'il continue à collecter, fournissent la matière de ses différents travaux, ceux-ci pouvant durer de moins de cinq minutes à plusieurs heures. Alors que certains d'entre eux n'ont pas été retouchés, la plupart ont été montés des années, voire des décennies, après le moment du tournage original. Les années passant, certaines situations, personnes et images ont été revisitées, montées ou supprimées des archives. Les chroniques changent donc forcément avec le temps. Cette façon de reconvoquer les souvenirs ne vise pas tant à les sauvegarder qu'à les re-raconter et à décrypter les mécanismes de la mémoire : il s'agit de regarder des événements du passé dans le présent et de chercher un moyen de raconter des histoires, de communiquer. 

Récemment, le travail de Michel Auder a été l'objet de rétrospectives lors de la 11ème Biennale de l'image en mouvement à Genève en Suisse, à la Renaissance Society de l'Université de Chicago, ainsi que dans les expositions du Williams College Museum of Art, du Participant Inc. de New York et du Centre d'art contemporain de Malmö, en Suède. Il a aussi été désigné critique d'art confirmé dans le domaine de la sculpture à Yale en 2006.

« Les adjectifs « diariste » et « discursif » sont naturellement liés à l'artiste pionnier en films et en vidéos qu'est Michel Auder. Né en France, à Soissons, en 1945 et aujourd'hui établi à New York, il a tout d'abord été influencé par l'enivrante « Nouvelle Vague » alors qu'il était adolescent. Par la suite, il rencontra et se maria avec l'écrivaine et muse d'Andy Warhol, Viva. Il déménagea à New York et emmena avec lui un Sony Video Rover Portapak grâce auquel il commença à faire des chroniques assidues de la Factory, de scènes du centre-ville de New York, et de sa propre vie tumultueuse, constituant un matériau vivant d'archives intimes. Le pouvoir contemplatif et rétrospectif de l'expression et de la sensibilité filmiques de Michel Auder est tel qu'il peut faire de ce milieu culturel facétieux, et de presque tout ce qu'il tourne avec sa caméra, un monde feutré et étouffé, plein de pathos et de présages. »

Quinn Latimer, juin 2010

CV

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES (SELECTION)
2013 Stories, Myths, Ironies and other songs : Conceived, Directed, Edited and Produced by M. Auder - Kunsthalle, Basel (Suisse)
         Retrato de Michel Auder - culturgest, Lisbonne (Portugal)
2012 Monographic Screenings, dOCUMENTA (13), Kassel, Germany
         Matter of Fact, Hessel Museum, Bard College NY
         Etablissement d’enface, Brussels, Belgium
         Kayne Griffin Corcoran Gallery, Santa Monica, CA
2011 Language is Only a Word and I'm so Jealous of Birds, NoPlace, Oslo, Norway, (curated by Kristine Jærn Pilgaard)
         Dinner Is Served, Art Unlimited, Art 42 Basel, Switzerland
         Endless Column and Narcolepsy, Galleria Fonti, Naples, Italy
2010 The World Out of my Hands, Lund Konsthall, Sweden
         Keeping Busy: An Inaccurate Survey of Michel Auder, Zach Feuer Gallery, Newman Popiashvili Gallery & Participant Inc NY & Volume2 L A, CA. 
2009 Heads of Town, ScheiblerMitte, Berlin, Germany
         Michel Auder Survey, Cubitt Gallery, London, England
2008 Peace Among Topographers, Newman Popiashvili Gallery, New York.
         European Kunsthalle, Cologne, Germany (curated by Anders Kreuger)
         The Feature, Berlin, London and Denmark Film Festivals
2007 Extra City, Antwerp, Belgium
         Dope and Narcotica Series, Galleria Fonti, Naples, Italy
         Freunde der Deutschen Kinemathek, Berlin, Germany
Vit et travaille à Brooklyn, USA
Date de Naissance 1945
  • DR ALBERT DELUCQ

    Journal d'une collection de province 1874-2014
    Exposition Collective

    EXPO  10/04 > 21/06/2014
    Galerie Mathias Coullaud

Michel AUDER

Michel AUDER